Les objectifs

« De l’étonnement à la réflexion »

Au fur et à mesure des années notre capacité d’étonnement s’érode. La certitude et l’évidence dominent notre façon de penser, elles nous figent dans des postures et des modes de pensée que nous nous efforçons de conforter quand nous en avons encore conscience, nous sommes alors en « mode automatique ». La pratique philosophique a pour vocation de rompre avec ce mode automatique pour passer au mode réflexif. Philosopher, c’est retrouver cet étonnement face au monde, aux autres et à soi même, ce qui se traduit avant tout par le questionnement.

Pratique philosophique & idées reçues

La pratique philosophique reste encore confidentielle en France, les démarches sont plurielles et prennent des formes très différentes qui n’ont parfois de commun que le nom ( par exemple la grande différence de méthode entre les ateliers de pratique philosophique que nous animons et les « cafés philo » classiques)… De plus le terme de philosophie charrie avec lui de nombreux a priori et idées reçues ce qui n’arrange en rien la lisibilité et la visibilité de la pratique philosophique auprès du grand public. Pour y voir plus clair, voici un échantillon d’idées reçues et leur correction.

IDÉES REÇUES

RÉPONSES

« La philosophie ça ne sert à rien »

La pratique philosophique permet d’apprendre à mieux penser et à mieux dialoguer avec les autres. Comme toute discipline, c’est en la pratiquant qu’elle prend toute sa valeur. Un praticien philosophe vous demanderait également de justifier cette affirmation, vous seriez donc contraint d’argumenter et argumenter c’est déjà philosopher ! CQFD                                    La valeur d’une chose se mesure-t-elle à son utilité ?

« La philosophie est abstraite et théorique »

Ni cours, ni conférence, la pratique philosophique se distingue de l’enseignement de la discipline qui peut s’avérer parfois abstraite et complexe. Le praticien philosophe s’attache plus à développer les outils de la pensée qu’à dispenser un savoir théorique.                                             Peut-on se passer de la théorie ?

« C’est trop compliqué, je n’ai aucune connaissance sur le sujet, c’est réservé aux intellectuels »

Aucune connaissance n’est requise, nous apprenons à « philosopher » c’est à dire à utiliser notre raison et à développer des compétences et attitudes plutôt que d’apprendre la philosophie. La pratique philosophique est accessible à tous, même les enfants s’y mettent !                                      Quels sont les risques de ne pas penser par soi même?

« Jusque là, j’ai pu m’en passer et je ne m’en porte pas plus mal ! »

Selon le philosophe V. Jankélévitch : « On peut vivre sans philosophie… Mais pas si bien ». La pratique philosophique ne vous promet pas le bonheur, elle peut même parfois bousculer et générer un certain malaise au début qui une fois surmonté vous permettra d’accéder à un mieux être. 

Comment savoir si notre vie vaut la peine d’être vécue ?

Les bénéfices de la pratique philosophique :

Pour les particuliers :

Pour les entreprises :

  • Mieux se connaitre et connaitre les autres
  • Développer son esprit critique
  • S’affirmer
  • Prendre du recul avec ses émotions
  • Acquérir une culture philosophique
  • Apprendre à penser par soi même
  • (Re)trouver le plaisir de penser
  • Apprendre et pratiquer le dialogue
  • Mieux coopérer avec les autres
  • Développer son leadership
  • Clarifier sa pensée
  • Donner du sens
  • Développer son intelligence émotionnelle et relationnelle
  • Développer l’intelligence collective et la réflexivité